⚠️ Cet article contient certains contenus réservés à un public averti. ⚠️

Une continuité pour le projet de recherche CyberNeTic

Menée conjointement entre l’université Bordeaux Montaigne et les Ntech33, ces journées d’étude s’inscrivent dans le cadre du projet de recherche CyberNeTic qui vise à formaliser des questionnements scientifiques autour du cyberharcèlement pour comprendre les nouvelles formes d’expression de la violence au moyen des nouvelles technologies.

Pour prolonger ce questionnement des violences, nous souhaitons mettre en place des rencontres scientifiques récurrentes qui permettent de mettre en correspondance différentes méthodologies de praticiens en lien avec l’agir criminel (expert judiciaire, psychologue, juriste, scientifique, éducateur, agent de probation, etc. et de favoriser une compréhension commune des actions engagées.

Sur la base d’expériences de terrain partagées, il s’agit-là d’une opportunité pour confronter les interprétations, les convergences et divergences et les perspectives pratiques. Chaque table ronde est suivie d’un temps d’échange, ouverte aux questions, pour appuyer des propositions d’actions collégiales.  

Une première thématique autour des violences conjugales

Cette première journée d’étude s’est consacrée aux violences conjugales et s’est destinée principalement aux collègues des CAPe de Gironde (Cellule d’Atteinte aux Personnes), acteurs privilégiés dans la prise en charge des victimes d’agressions sexuelles ou de violences intrafamiliales.

Ainsi à partir d’un témoignage concret de victime et de l’enquêtrice chargée du dossier en Gironde, la matinée s’est attachée à comprendre en détail l’évolution de la situation exposée dans ses diverses composantes (techniques, humaines, psychologiques etc.), à renforcer les liens entre les acteurs et à valoriser les comportements et modes d’organisation qui ont émergé et prouvé leur efficacité pour accompagner la victime. L’après-midi, dans une démarche de prévention des risques, les échanges ont permis d’identifier de nouvelles perspectives d’amélioration continue des pratiques professionnelles des gendarmes (méthodologiques, scientifiques, médicales) et de mettre en exergue des pistes de progrès utiles sur le territoire local.

Cf. le programme en PJ.

Cette première journée d’étude était soutenue par la Région Nouvelle Aquitaine, Orange labs, la CASDEN et l’EFPP. Elle s’est déroulée au plateau TV de l’IUT Bordeaux Montaigne, (1 rue Jacques Ellul – Bordeaux), de 9h à 18h.

Fiche technique suivante

Atteintes sexuelles sur mineurs / 2ème journée d'étude / en cours d'élaboration